Crise du logement : Les propriétaires également touchés

Dans son dernier rapport sur la crise du logement, la Fondation Abbé Pierre fait état de la grande proportion de propriétaires gagnée par les difficultés financières.

Le constat est alarmant : « Plus de 10 millions de personnes subissent les conséquences de la crise du logement » en France selon la Fondation Abbé Pierre.

 

Crise du logement : Les propriétaires également touchés

Constat de la crise du logement pour les propriétaires

Plus de 5 millions de locataires et propriétaires éprouvent des difficultés très préoccupantes.

« Être propriétaire ne signifie pas toujours qu’on s’en est sorti et qu’on vit dans le confort » souligne Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Une réalité qui insiste sur les conditions de vie difficiles des personnes vivant dans une copropriété dégradée.

 

D’après l’association, qui cite un récent rapport de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), plus d’1 million de logements se trouvent en situation de fragilité potentielle et donc en crise sur un total de 6.6 millions de logements en copropriété.

La spirale infernale peut s’enclencher dès lors que, entrainant ainsi des dysfonctionnements dans les services et équipements collectifs (entretien, éclairage, ascenseur, chauffage etc..), une dégradation des parties communes et des logements pouvant aller jusqu’à l’insalubrité.

 

Charges financières pénalisantes : crise

Le parc en copropriété accueille une part non négligeable de ménages parmi les plus modestes, qu’ils soient propriétaires-occupants ou locataires.

Ceux-ci ont soit accédé à la propriété avec des moyens trop limités pour faire face aux charges collectives ou à d’éventuels travaux, ou bien supportent des niveaux de loyers et de charges trop élevés. La Fondation Abbé Pierre a estimé dans une enquête que le cout lié au logement représente en moyenne 44% des ressources des ménages. Un poids qui dépasse les 60% pour les occupants pauvres et modestes.

 

L’âge de la copropriété est un facteur aggravant. Les copropriétés bâties avant 1974 abritent une grande partie de ménages modestes, propriétaires âgés ou locataires. et rencontrent les plus gros problèmes de dégradation, d’obsolescence voire d’insalubrité de l’habitat.

 

Repérer les copropriétés en danger pour éviter cette crise

Pour lutter contre cette crise du logement, la Fondation Abbé Pierre juge essentiel de mieux repérer les copropriétés en danger et de renforcer la capacité d’intervention de l’État et des collectivités locales sur les immeubles les plus dégradés.

 

Le projet de loi sur l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), actuellement examiné au Sénat, entend améliorer la situation avec un certain nombre de mesures applicables prochainement :

  • Encadrement des loyers pour éviter la crise
  • Lutte contre les marchands de sommeil qui profitent de cette crise du logement
  • Mise en place d’une Garantie Universelle des Loyers (GUL)
  • Partage des honoraires d’agence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*