SCPI, explications !

La crise n’a pas empêché les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI ) de maintenir leurs rendements. Les meilleures pourraient réitérer leur performance en 2014.

 SCPI, l'étonnante résistance de la pierre papier

SCPI, un placement rentable

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) achètent des immeubles et les gèrent pour le compte des épargnants. Les épargnants profitent donc des revenus et de la valorisation du patrimoine.

Les SCPI devraient donc avoir encore rapporté aux alentours de 5% en 2013 avec une valeur qui reste stable. Certes, on est loin des 10% de performance annuelle enregistrée entre 2000 et 2009, mais c’est nettement mieux que les autres placements au profil de risque similaire.

 

SCPI, les attentes pour 2014

Pour 2014, les professionnels ne s’attendent pas à des miracles en raison de la conjoncture car beaucoup d’intervenants craignent une diminution du taux d’occupation, ce qui se traduit par une baisse des loyers encaissés.

Le rendement pourrait donc rester stable ou diminuer un peu. pour éviter de voir ses gains affectés par l’impôt (car ils sont taxés avec les autres revenus), mieux vaut les détenir dans une assurance vie avec un horizon de placement d’au moins 10 ans, pour amortir les lourds frais prélevés à l’entrée qui pèsent environ 10% du prix d’une part.

La « pierre papier » est gourmande en frais : entre 8 et 10% à la souscription et des frais de gestion annuels entre 0.6% et 1%.

 

SCPI, mode d’emploi

Le souscripteur de SCPI se constitue un capital qu’il pourra transmettre. Ce produit permet d’investir dans l’immobilier tertiaire, difficilement accessible en direct. La gestion des baux commerciaux nécessite une certaine expertise et s’adresse à des investisseurs confirmés.

L’investissement en SCPI est abordable à partir de quelques milliers d’euros, voire moins et peut donc être précisément adapté aux besoins des clients, là ou un montant de 150000 à 200000 euros sera nécessaire pour un logement locatif.

 

SCPI, les risques

L’investissement immobilier en SCPI nécessite une durée de détention longue, notamment pour un achat à crédit. A la revente, les avis divergent. pour certains, depuis 4 ou 5 ans, les SCPI dédiées à l’immobilier tertiaire se portent bien et collectent beaucoup. C’est inflationniste. Ce marché est cyclique et les SCPI ne sont pas à l’abri d’une certaine tension. Ce qui rendrait la revente plus incertaine à moyen terme. Il ne faut donc pas être lié à un seul produit  alors que pour un achat en direct, en principe, le particulier peut vendre le logement quand il le souhaite.

Pour d’autres, en cas de nécessité, les SCPI peuvent être revendues plus facilement qu’un logement loué, de façon progressive et bien souvent au prix du marché, ce qui n’est pas forcément le cas avec un bien s’il y a urgence. Un point important est également l’absence de passage chez le notaire, qui constitue un gain en termes de temps et d’argent.

Pour davantage d’informations sur les SCPI et les placements proposés, rendez vous sur primaliance.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*