Comment calculer ses allocations chômage versées par Pôle Emploi ?

Dernière mise à jour effectuée le

À la suite d’une perte d’emploi, vous pouvez à certaines conditions percevoir l’allocation pour retour à l’emploi (ARE) auprès de Pôle Emploi (ex ASSEDIC).

Le montant de cette allocation au chômage varie souvent d’un demandeur d’emploi à un autre. Il dépend de plusieurs facteurs qui rendent son calcul souvent complexe.

Nous vous donnons ici quelques informations pour faciliter ce calcul.

Calcul de l’ARE : quelques détails à prendre en compte

L’allocation au chômage n’est pas systématiquement accordée à tout demandeur d’emploi.

Afin de bénéficier de l’ARE, vous devez être inscrit comme demandeur d’emploi à Pôle Emploi (ou à l’une des formations du projet personnalisé d’accès à l’emploi) après avoir perdu involontairement votre emploi.

Les personnes ayant démissionné de façon légitime de leur emploi peuvent cependant prétendre à l’indemnité chômage.

De plus, vous devez être physiquement apte à exercer, et rechercher activement un emploi.

Vous devez également justifier d’une durée minimale d’affiliation de 122 jours au cours des 28 ou des 36 mois qui ont précédé la fin de votre contrat selon que votre âge est inférieur ou supérieur à 53 ans.

Si vous avez atteint l’âge légal pour la retraite, vous ne pouvez pas percevoir l’ARE.

Calcul de l’allocation au chômage : quelles rémunérations considérer ?

Le calcul du montant de votre ARE ne prend en compte que certains de vos revenus.

Pôle Emploi se base sur vos revenus ayant fait l’objet d’une cotisation auprès de l’assurance chômage.

Cependant, il ne considère que ceux perçus au cours des 12 mois qui ont précédé la fin de votre contrat (ou du préavis).

Sont donc prise en compte :

  • votre salaire fixe et variable (pour des entreprises commerciales offrant des commissions de vente par exemple)
  • vos heures supplémentaires tout en tenant compte de la limitation à 208 heures mensuellement
  • certaines primes comme celle du 13e mois, celle de salissures, de panier, etc.

Vous devez également considérer que certaines rémunérations (qui ne disposent pas d’un rapport immédiat avec l’exécution du travail) n’entrent pas dans le calcul.

Il s’agit notamment de :

  • les indemnités de licenciement, de rupture, de non-concurrence, celle de congé maladie et de congé payé
  • les notes de frais
  • la prime octroyée pour la participation à des activités de l’entreprise.

Les différentes étapes à suivre pour le calcul de l’ARE

Calcul du salaire journalier de référence

Le premier calcul nécessaire pour déterminer le montant de l’allocation de retour à l’emploi reste celui du Salaire Journalier de Référence (SJR).

Pour l’obtenir, vous cumulez vos salaires bruts sur les 12 derniers mois considérés.

La somme que vous obtenez doit ensuite être divisée par le nombre de jours durant lesquels vous avez effectivement travaillé sur les 365 jours (12 mois).

Le montant obtenu va servir de socle au calcul de votre allocation journalier.

Calcul de l’ARE journalier

L’allocation au chômage se calcule de façon journalière. Autrement dit, l’ARE mensuel que vous percevez dépend du nombre de jours que compte le mois.

Le Pôle Emploi calcul donc votre allocation journalier à partir du salaire journalier de référence qu’il multiplie par le nombre de jours que compte le mois payé.

Pour cela, deux méthodes de calcul restent possibles.

Première méthode de calcul

(SJR × 40,4)/100 + 12 €

Deuxième méthode de calcul

(SJR × 57)/100

Vous devez ensuite choisir l’une des valeurs après les avoir toutes comparées aux valeurs extrêmes.

En effet, votre allocation journalière doit au moins atteindre la valeur minimale de 29,26 euros.

Lorsque cette condition est satisfaite, on vous prélève une participation. Celle-ci sert à financer vos points de retraite complémentaire.

Elle ne doit pas cependant dépasser les 75 % de votre SJR. En termes plus simples, vous devez toujours avoir une ARE comprise entre 29,26 € et 75 % du SJR.

Lorsque le Pôle Emploi se rend compte que votre allocation brute journalière est au moins égale à 51 €, il vous opère des retenues pour le compte de la CSG (contribution sociale généralisée) et de la CRDS (contribution pour le remboursement de la dette sociale).

Il s’agit de retenues sociales entrantes dans le cadre desquelles entre l’ARE.

Un exemple pratique

Un exemple vaut souvent mieux qu’un long discours, dit-on. Nous prenons ici un exemple pratique pour illustrer le mode de calcul de votre allocation au chômage.

M. Dupont, âgé de 37 ans, vient de perdre son emploi. Après avoir cumulé les salaires bruts de ses 12 derniers bulletins de paie, il obtient une somme de 24 000 €. Il se souvient avoir été malade 5 jours durant ces mois de travail.

On peut donc déduire que le salaire journalier de référence reste égal à :

24 000 €/(365-5)

On obtient un SJR de 66,66 €.

La première méthode nous donne comme ARE un montant de 38,93 € alors que la deuxième nous permet d’obtenir un montant de 37,99 €.

Le dernier résultat se révèle inférieur au premier qui arrange beaucoup plus M. Dupont.

De plus, ce dernier montant de 38,93 € reste bien compris entre les extrêmes de 29,26 € et 49,99 € (75 % du SJR). Ce montant reste également inférieur au seuil de 51 € brut à atteindre pour payer les contributions sociales.

M. Dupont devra néanmoins s’acquitter de sa participation au point de retraite complémentaire.

On peut donc dire que le nouveau demandeur d’emploi percevra une ARE brute de 1167,9 € par mois de 30 jours.

Perte d’un emploi à temps partiel : un cas particulier de calcul du chômage

Certains cas particuliers font appel à des modes de calcul un peu différent de celle évoquée plus haut. Parmi ces cas, on retrouve celui de la perte d’un emploi à temps partiel.

Le coefficient temps partiel

Dans ce cas, vous devez tenir compte du « coefficient temps partiel ».

Il s’obtient en divisant votre nombre d’heures de travail hebdomadaires par le nombre d’heures de travail hebdomadaires légales dans l’entreprise.

Vous appliquez ensuite ce coefficient à la constante de 12 € dans la première méthode de calcul de l’ARE journalier.

Une nouvelle ARE minimale

Dans ce cas, le montant de l’ARE journalier minimal change.

Vous multipliez la valeur légale de 29,26 € par le coefficient temps partiel pour obtenir la valeur à considérer.

Les autres calculs et les étapes de calcul restent les mêmes que ceux d’un travail à temps plein.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici