En tant que réponse au succès des banques en ligne, les néobanques font désormais fureur. Ce nouveau type de banque semble attirer de plus en plus d’acteurs. Après Orange Bank, c’est la filiale digitale de la Banque postale qui se jette à l’eau. Elle compte bien se démarquer des services classiques en réinventant complètement le modèle de banques dépôt avec son concept de crowdfunding.

Ma French Bank, un outil bancaire innovant

Avec un projet qui date de 2017, l’application mobile est prévue pour être lancée au printemps 2019. Pour trouver sa place dans le vaste univers des applications bancaires, la Banque Postale a d’abord voulu frapper fort avec un nom audacieux. Pour une banque destinée à concurrencer les banques en ligne, Ma French Bank, puisque c’est ainsi qu’elle a été baptisée, marque d’ores et déjà sa volonté de démarcation.

Ma French Bank proposera les fonctionnalités d’une application mobile, mais présentée de façon utile et innovante. Il s’agira notamment de services bancaires classiques tels que les produits d’épargne, les moyens de paiement, les services d’assurance, l’ouverture de compte courant, etc. Tout ceci sur la base de « tarifs mesurés, dans la base de la moyenne du marché ».

Ma French Bank se différenciera d’un établissement de paiement en décrochant un agrément d’établissement de crédit délivré depuis le 25 janvier 2018 par la Banque Centrale Européenne. Ce qui lui permettra aux abonnés de faire des demandes de crédit via la plateforme. Un avantage certain sur des néobanques telles que Morning et Compte nickel. Si Ma French se veut par là même un outil bancaire innovant, sa grande particularité est son caractère solidaire.

Ma French Bank, un outil de crowdfunding

Apparemment, la Banque Postale ne semble pas se contenter de son agrément d’établissement de crédit, même si cela lui donne une avance notable sur la concurrence. Elle ne veut pas être « la énième banque digitale sur le marché ».

Pour cela, elle a des ambitions bien plus nobles pour son outil bancaire et c’est pour cette raison qu’elle y associe des offres de crowdfunding. Cette innovation, la néobanque la doit à son acquisition à 100% il y a un an de la KissKissBankBank & Co. qui proposait le même service.

Le crowdfunding est un financement participatif encore appelé sociofinancement de plus en plus utilisé par les personnes physiques ou morales pour mobilier des fonds pour des projets.

Le financement global est formé par des micro-investissements d’un grand nombre de personnes.

Avec cette initiative, la Banque Postale marque son engagement pour le financement participatif et pour l’accompagnement de projets créatifs et innovants. Au-delà d’une banque classique, la Banque Postale s’ouvre à une clientèle en quête de moyen de financement plus rapide et plus simple que ce que proposent actuellement les prêteurs institutionnels.

Grâce à cette nouveauté, Ma French Bank s’éloigne du créneau des banques digitales déjà sur place en créant sa propre spécificité. Aucune chance donc qu’elle se mette à dos Monabanq, Boursorama Banque et surtout Orange Bank, le tout nouvel entrant. Pour cela, la Banque Postale s’est donné les moyens de ses ambitions.

Bureaux de poste et call center, des outils au service du projet participatif

Avec My French Mobile, vous pouvez participer à ce projet noble en faisant des actions solidaires. Encore faut-il que vous disposiez d’un compte. C’est pour faciliter l’accès au service de crowdfunding que la Banque Postale a prévu d’installer près de 9 000 bureaux de poste. S’ils sont prévus pour être installés à travers toute la France, l’incubateur de My French Bank, lui, trouvera son siège rue de Paradis à Paris.

Il s’agira de point de référence pour l’ouverture de « comptes pour tous, sans conditions de ressources ». Bien sûr, la Banque Postale vous laisse également le choix d’ouvrir votre compte sur mobile, un modèle qui s’inspire de l’expérience de ces prédécesseurs, notamment d’Orange Bank. Pour l’heure, le nouvel arrivant a encore du mal à faire valoir son modèle hybride qui mêle le digital au physique.

L’ouverture des bureaux de poste s’inscrit dans la politique de « proximité et de valeurs de confiance » dont la Banque Postale a su revêtir ses services. Mais c’est beaucoup plus pour agrandir sa conquête commerciale bancaire. Elle a donc pris les mesures s’y afférents en faisant de l’ouverture de comptes l’exclusivité de conseillers bancaire de la Banque Postale. Elle assure également une fluidité dans le service, avec un temps d’attente de 8 minutes maximum.

Dans le même ordre, la Banque Postale mise également sur la qualité de ses call centers pour faire la différence auprès de ses clients. Elle envisage donc d’en installer un à Lille pour le traitement des demandes des clients. Il s’inscrit pour l’heure dans une phase test qui sera lancée en fin d’année 2018 pour pallier les éventuels bugs avant que l’expérience soit étendue à tout le territoire au premier trimestre 2019.

La Banque Postale va devenir une néobanque
Que pensez vous de cet article ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.