Avez vous le droit de souscrire à plusieurs assurances vie ?

Dernière mise à jour le 11 mai 2020

Etant donné que chaque assurance vie correspond à des placements différents, il peut être judicieux de posséder plusieurs assurances vie.

Contrairement aux autres produits bancaires, chaque client a la possibilité d’en ouvrir plusieurs.

Il n’existe aucune limite dans le domaine donc une même personne peut en détenir autant qu’elle le souhaite.

Compte tenu des différences de rendement et de frais de rendement, la diversification est la clé du succès.

Ces contrats ne sont soumis à aucun plafond. Ainsi, chaque propriétaire peut donc déposer les sommes souhaitées comme elle le souhaite.

Il s’agit donc d’un produit de placement particulièrement intéressant pour se créer un patrimoine.

L’assurance vie apparaît en effet en tête des placements les plus appréciés en France.

Le mode de fonctionnement d’une assurance vie

Le principe de l’assurance vie est très simple puisque son détenteur a simplement à effectuer des versements dessus pour construire un capital.

Ces versements peuvent être réguliers, programmés ou libres. L’objectif est de dégager des rendements selon le niveau de risque des supports de placement.

Ouvrir une assurance vie peut correspondre à de nombreux objectifs :

  • Se créer une épargne et se constituer un capital pour réaliser des projets ou le transmettre à ses proches en cas de décès.
  • Préparer sa retraite avec une rente disponible.
  • Transmettre un patrimoine tout en profitant d’une fiscalité avantageuse

L’assurance vie : Une gestion optimale des finances

Lorsqu’elle repose sur un fond en euros ou sur une Sicav, une assurance vie offre des résultats différents.

Pour optimiser ses placements, il est donc pertinent d’en ouvrir plusieurs. L’écart entre deux performances peut passer du simple au triple.

Pour un particulier qui souhaite profiter de placements rentables, la souscription de plusieurs contrats d’assurance représente une évidence.

Il va pouvoir profiter des variations des supports et des gains.

Pour profiter pleinement de ses supports d’assurance vie, un d’entre eux pourra se focaliser sur l’immobilier alors qu’un second pourra se pencher sur les obligations.

Le contribuable peut ensuite en ouvrir un troisième qui se base sur les investissements en actions.

L’objectif est de parvenir à une rentabilité globale à partir de plusieurs possibilités.

Selon les objectifs et le niveau d’implication du détenteur du contrat, il est possible de varier entre la gestion libre, la gestion sous mandat ou encore la gestion automatisée.

Tout dépend du niveau d’autonomie de l’assuré et de ses envies en termes de placement.

Le mandat permet de confier cette tâche à un expert qui prendra les décisions pour obtenir les meilleurs résultats.

La gestion automatisée repose sur des préférences afin de s’assurer de suivre les indications du propriétaire de ce produit d’épargne.

Mieux répartir les risques de l’assurance vie

Pour dégager des gains importants et limiter les risques, le recours à plusieurs assurances vie est recommandé.

En effet, les placements réalisés sur différents supports ne vont pas donner les mêmes résultats.

Pour limiter les pertes, il est donc plus judicieux de se reposer sur plusieurs contrats.

De plus, toute compagnie d’assurance peut connaître des difficultés qui vont mettre en péril votre épargne.

Depuis 1999, ces organismes sont tenus de proposer une protection. Elle doivent en effet être associés au Fonds de Garantie des Assurances des Personnes ou FGAP.

Ce fonds peut être mobilisé en cas de défaillance de l’assurance vie. Elle couvre jusqu’à 70 000 euros par assuré et par contrat d’assurance.

Lorsque vous détenez plusieurs contrats d’assurance, cette garantie peut être utilisée à chaque fois.

Vous aurez donc la certitude de récupérer une partie de votre épargne en cas de besoin.

Cette particularité rassure les contribuables qui sont davantage enclins à se tourner vers ce type de produit d’épargne.

Bénéficier d’une fiscalité intéressante

Les taxes sur les gains sont différents lors des rachats. Ils se basent sur les supports utilisés pour les placements.

Le comportement le plus judicieux dans le domaine est de posséder d’un côté une assurance vie avec des fonds en euros et d’un autre, une assurance vie en unités de compte.

Au moment d’effectuer un retrait, vous pourrez ainsi choisir la compagnie d’assurance qui propose la fiscalité la plus avantageuse.

Vous pouvez demander conseil à votre assureur pour savoir quelle est la meilleure formule au moment des retraits.

De cette façon, vous limitez les taxes à chaque nouvelle opération.

Cibler plusieurs bénéficiaires

Lorsque l’assuré souhaite laisser un capital à plusieurs de ses proches, il sera préférable de souscrire des assurances vie bien distinctes.

Pour chaque bénéficiaire, vous allez pouvoir gérer les versements et les placements en fonction des besoins spécifiques.

L’âge du bénéficiaire et ses besoins concrets au quotidien servent de base pour décider des risques qui peuvent être pris et des choix financiers.

La programmation des versements pourra également être décidée en fonction des objectifs.

Vous allez pouvoir personnaliser chacun des contrats d’assurance vie selon la somme que vous souhaitez léguer au bénéficiaire après le décès.

Isoler les contrats d’assurance vie évite également les litiges entre les bénéficiaires de niveau 1 et 2 lors du déblocage des fonds.

En allouant un contrat à un seul bénéficiaire, vous allez éviter ces difficultés au moment du décès.

Ouvrir de nouveaux contrats après 70 ans

La fiscalité des contrats d’assurance vie évolue après 70 ans. En effet, à cet âge les gains ne sont pas taxés.

Les versements directs ou programmés, bénéficient d’un abattement s’ils ne dépassent pas 30 500 euros.

S’ils répondent à ce critère, ils échappent aux droits de succession. Les intérêts, de leur côté, sont entièrement exonérés.

Pour pouvoir vous y retrouver facilement, il est préférable d’effectuer des versements sur un nouveau contrat à partir de l’âge de 70 ans.

De cette façon, vous aurez en tête les règles en matière de taxes pour ce produit d’assurance vie.

De plus, les retraits seront à effectuer en priorité sur les autres contrats.

Si vous décidez de faire des rachats sur une assurance vie ouverte après 70 ans, vous risquez de passer à côté de l’exonération des droits de succession si ces gains n’avaient pas été rachetés.

Le nouveau contrat devra donc exclusivement servir à capitaliser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici