Qu’est ce qu’un tracker et pourquoi investir dans ce produit financier ?

Mise à jour effectuée le

Un tracker, ou ETF (Exchange Traded Fund), est un produit d’investissement financier né aux États-Unis dans les années 1990.

Tout d’abord destiné aux investisseurs professionnels, il est aujourd’hui accessible aux épargnants particuliers qui souhaitent diversifier leur patrimoine tout en profitant d’un produit d’épargne simple, performant et transparent.

Un tracker (ou ETF), c’est quoi ?

Un fonds d’investissement coté en bourse

Les particuliers ont aujourd’hui la possibilité d’investir leur argent via l’acquisition de trackers (ou ETF).

A l’image des OPC, des FCP ou des SICAV, les trackers sont des fonds que l’on peut trouver chez son banquier et grâce auxquels on peut investir son argent sur les marchés financiers.

Toutefois, les ETF (aussi appelés trackers) présentent une différence majeure avec les fonds classiques : ils sont cotés en bourse.

Il s’agit donc de produits d’investissement financiers négociables en continu, sans date d’échéance et qui ont la particularité de suivre les fluctuations d’un indice boursier.

Il s’agit le plus souvent d’indices de marché tels que le CAC 40, le Dow Jones, la Nasdaq, le S&P 500, le Dax 30 etc.

Un ETF peut également suivre un panier d’actions représentatif d’une matière première, d’un secteur économique, d’un marché ou d’un pays.

Ces actifs dont les trackers reproduisent les variations de cours sont appelés des sous-jacents.

En résumé, le tracker permet donc d’investir dans un large nombre d’actions via une unique transaction, et évolue en « pistant » les performances du sous-jacent.

« Tracker » signifie en effet « pister » en anglais.

Par exemple, un tracker CAC40 regroupe un panier d’actions issu des 40 plus importantes capitalisations françaises et a pour fonction de suivre leur évolution globale à la trace.

Lorsque le CAC40 progresse en bourse de 1 %, le tracker CAC40 gagne lui aussi 1 % de valeur. Si le CAC40 recule de 2 %, le tracker en fait de même.

Plus concrètement, un tracker coté 100 euros et dont le sous-jacent est le CAC40 (ou tout autre indice boursier) cotera 102 € lorsque l’actif dont il suit la trace gagnera 2 %.

Des frais de gestion moindres

Un ETF fonctionne à peu près de la même manière qu’un FCP ou qu’une SICAV, mais avec des frais de gestion beaucoup moins importants.

Quand les fonds classiques non cotés en bourse impliquent des frais d’entrée, des frais de sortie et des frais de gestion à hauteur de 2 % par an en général, les frais de gestion des ETF (ou trackers) s’avèrent beaucoup moins importants, de l’ordre de 0,4 % par an.

De manière générale, un tracker prélève cinq à sept fois moins de frais qu’une SICAV.

C’est pourquoi il représente une solution intéressante pour accroître son épargne en n’y consacrant un minimum de temps, comme expliqué sur ce site.

Les ETF sont donc des produits d’investissement financiers bien particuliers, à mi-chemin entre les fonds d’investissement classiques et les actions :

  • comme les actions, ils sont cotés en bourse et négociables en continu en fonction de l’offre et de la demande ;
  • comme les fonds d’investissement, ils permettent une diversification du portefeuille en donnant accès à un large choix de valeurs et de secteurs d’activités via une seule transaction, sans avoir à acheter plusieurs produits. Ils coûtent toutefois beaucoup moins cher que les fonds traditionnels, ce qui représente l’un de leurs principaux atouts.

Lorsque l’on est persuadé de la hausse prochaine d’un indice en particulier, il est donc souvent plus intéressant d’investir dans un tracker (ou ETF) plutôt que dans un ensemble d’actions qui demanderont du temps et des frais importants.

Les différents types de trackers

Le plus souvent, les trackers répliquent un indice de marché.

Ils ne se limitent toutefois pas à ces indices en particulier et peuvent également se calquer sur les fluctuations d’un ensemble de valeurs diverses et variées.

On distingue ainsi 4 types de trackers principaux :

  1. Les ETF sur indices de marché : ces trackers sont les plus courants. Comme expliqué précédemment, ils suivent et répliquent les indices boursiers tels que le CAC40, la Nasdaq, le Dow Jones etc. ;
  2. Les ETF sur indices de stratégie : leurs sous-jacents sont des indices intégrant des critères particuliers ;
  3. Les trackers sur indices de matières premières : ils suivent le cours d’une matière première (or, pétrole etc.) ;
  4. Les trackers actifs : ils ont la particularité de ne pas suivre leurs sous-jacents à la trace, mais de fonctionner différemment, via une gestion active (à l’inverse de la gestion passive des autres ETF). Un tracker actif pourra par exemple évoluer à l’inverse de l’indice qu’il piste et augmenter de valeur lorsque son sous-jacent baisse en bourse.

Pourquoi investir dans des trackers ?

Le tout premier tracker voit le jour aux Etats-Unis au début des années 1990 avec pour sous-jacent le S&P 500 (les 500 plus grandes capitalisations américaines).

Il n’intéresse au départ pas beaucoup d’investisseurs puis se fait rapidement une place de choix dans le monde de la finance.

On dénombre aujourd’hui plus de 7000 ETF différents dans le monde.

Alors que l’encours total des ETF était de 400 milliards de dollars en 2005, il atteint fin 2019 un montant de plus de 5500 milliards de dollars, avec une augmentation annuelle de l’ordre de 20 %.

Les ETF (ou trackers) ont donc le vent en poupe aux Etats-Unis depuis plusieurs années.

Ils sont encore peu exploités par les investisseurs français mais tendent à se développer de plus en plus en Europe.

Le principal intérêt d’investir dans un tracker est la faiblesse des frais.

Les frais de gestion ne dépassent en effet pas 0,3 à 0,4 % de l’épargne moyenne, soit beaucoup moins que via l’achat d’actions ponctuelles ou via un fonds d’investissement traditionnel.

Les trackers s’adressent à tous les investisseurs particuliers souhaitant diversifier leur patrimoine et augmenter leurs performances.

L’idée est de choisir un indice le moins risqué possible (même si comme tout placement boursier le tracker ne garantit rien et peut engendrer des pertes).

Si l’on veut investir son épargne via un ETF et mettre le pus de chances de son côté, il est ainsi conseillé aux investisseurs particuliers de privilégier les indices répliquant les variations d’un panier d’action cotées dans des pays occidentaux (tels que le CAC40, le Dow Jones, le S&P 500, le MSCI Wolrdn, le Dax 30 etc.).

Un tel investissement demande bien sûr une vision à long terme et implique de ne pas avoir besoin de son argent dans l’immédiat (et pendant au moins 5 ans).

Les fluctuations en bourse n’étant jamais à l’abri de chutes brutales, il faut en effet pouvoir attendre la remontée des cours.

Quoi qu’il en soit, l’ETF est probablement l’une des meilleures solutions pour investir en bourse et tous les profils d’épargnants peuvent en profiter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici